Matériel de pêche Comment pêcher avec une tête plombée ?

Comment pêcher avec une tête plombée ?

La tête plombée est un élément indispensable pour tout pêcheur au leurre souple. Cette dernière permet à son leurre souple d’évoluer dans la colonne d’eau et de lui donner vie. Il en existe une multitude de modèles sur le marché et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver.

Les têtes plombées

Pour commencer, le matériau qui compose la tête plombée est bien souvent en plomb, parfois dans d’autres alliages tel le tungstène. Il existe des têtes brutes sans peinture, ou des têtes peintes avec une peinture UV, ou bien phospho pour les eaux teintées.

Pour peigner des endroits encombrés, il existe des modèles avec un hameçon texan, qui évite les accrochages sur le fond. Pour pêcher avec un leurre souple dans peu de fond, on peut utiliser un simple hameçon texan en montage « weightless » (sans plomb), qui est idéal pour séduire un carnassier apathique quand les conditions sont difficiles (eau claire, température élevée).

Certaines têtes plombées en texan, ont une forme de balle afin de permettre un meilleur passage dans les obstacles. Les têtes plombées ont une hampe plus ou moins longue afin d’adapter l’armement à la taille de son leurre souple. Des leurres peuvent parfois dépasser les 30 centimètres en mer ou pour la traque de gros carnassiers en eau douce. C’est par exemple le cas des shads (ou soft swimbait), des virgules (leurre souple à queue à faucille), ou des finesses shads.

Il peut être utile d’utiliser un triple voleur afin de compléter l’armement, en effet les carnassiers attaquent parfois juste la queue du leurre souple. Ce triple voleur est esché à l’extrémité du leurre souple, relié à l’œillet de la tête plombée par un nylon, fluoro ou une crinelle d’acier, une des pointes du triple piqué dans la matière du leurre souple. C’est un montage très utilisé en pêche verticale en lac. Certains pêcheurs optent pour une agrafe rapide pour changer de montage facilement en cours de session.

Sur quelques modèles de têtes plombées, un œillet situé en dessous de la tête plombée permet d’ajouter une palette montée sur un émerillon à bille, et ce montage additionnel permet de rajouter des stimulis pour battre du terrain. Ainsi, on transforme sa tête plombée en une sorte de spinnerbait. Cette astuce est très utilisée par des compétiteurs aux leurres en bateau ou en float tube pour la traque du gros brochet en lacs alpins. 

Le sens de l’eau

Toute la difficulté du pêcheur va résider dans l’animation du leurre, qui devra s’adapter à de nombreux facteurs : la profondeur, la force du vent ou du courant. Ces paramètres changent souvent et en fonction de la saison et suivant les conditions rencontrées, il va falloir analyser la couche d’eau où se tient le carnassier. Une situation classique en hiver est une pêche lente à proximité du fond. La couleur de l’eau a également son importance, le leurre doit en effet contraster avec les fonds rencontrés. Temps clair : leurre clair, temps sombre : leurre sombre est déjà une bonne piste pour les pêcheurs débutants. À partir d’une embarcation, il peut être utile d’opter pour une ancre flottante permettant de ralentir la vitesse de dérive induite par le vent, ainsi on va rester plus longtemps sur un poste donné. Ce petit détail anodin peut faire toute la différence, et permet parfois d’être en situation de réussite et de gagner en confort de pêche. À l’automne, l’animation de son leurre souple équipé d’une tête plombée darting va générer une animation agressive en subsurface, avec de nombreux écarts qui vont souvent déclencher des touches réflexes, aux abords d’une pile d’un pont par exemple. L’utilisation d’un sondeur est un plus pour détecter les postes clés, et si présence ou non de poissons fourrages ou de carnassiers en chasse. N’hésitez pas à varier les grammages de vos têtes plombées, il y a des jours où il faudra « sous-lester » vos montages, parfois « sur-lester » afin de concrétiser la touche. Jouer avec les formes des têtes plombées afin de changer la présentation de vos montages. Quelques pêcheurs passionnés aiment choisir des couleurs de têtes plombées assorties à leurs leurres, ça peut valoir le coup d’essayer quand les poissons sont boudeurs. Dernière remarque, il faut savoir ferrer, en cas de doute, ferrez ! Dans le pire des cas vous serez accroché au fond (ça arrive aux meilleurs), mais parfois ça peut être un (gros) poisson.

Le montage du leurre doit être soigné

Il est conseillé de préparer ses montages au calme chez soi. La saison hivernale est le meilleur moment pour préparer son matériel pour l’arrivée des beaux jours. Le choix d’une tête plombée de qualité est indispensable, la pointe de l’hameçon doit être piquante et l’armement doit être adapté au poisson visé. En résumé pour faire simple : on conseille des têtes plombées fines pour les pêches des salmonidés et perches, et des têtes plutôt moyennes de fer pour le brochet et le sandre, de tailles moyennes et grosses perches, et des têtes plombées solides pour la traque de gros brochets, gros sandre, silures et pour la mer avec des leurres de grandes tailles. Certaines têtes plombées ont un ergot spécial permettant le maintien du leurre en place. La taille de l’hameçon de tête plombée doit être adaptée en fonction de la taille du leurre. À titre d’exemple, un hameçon texan doit ressortir au minimum au tiers d’un leurre souple afin de garantir un bon armement et permettre un bon ferrage. Ces modèles sont parfaits pour passer dans un herbier sans s’accrocher. Attention toutefois, tous les fabricants n’ont pas la même échelle de taille d’hameçons (certains taillent petits, d’autres grands), et il est utile d’avoir un bon panel pour s’adapter à son leurre souple. Pour faire une animation douce et naturelle, le montage carolina permet une nage planante de son leurre souple, grâce à un plomb de type balle placé 30 à 40 centimètres de l’hameçon et bloqué à l’aide de 2 stop floats. Pour les leurres de type shad, un triple voleur évite les touches « courtes » manquées et les coupes de la queue du leurre. Certains pratiquants optent pour un montage du stinger (triple voleur) sur une attache rapide afin de changer facilement son montage sans peine au cours de la sortie. Ne négligez pas la qualité du stinger, un hameçon triple de qualité piquant et solide. Prévoir des triples tailles numéro 8 jusqu’à numéro 2 pour s’adapter sur la majorité de vos leurres. Il existe désormais des boites spéciales pour ranger ses stingers prémontés dans des casiers en mousse, outils bien pratiques pour les pêcheurs méticuleux. On trouve des stingers prémontés pour les pêcheurs pressés d’aller au bord de l’eau. Si vous tombez à cours de têtes plombées durant votre partie de pêche, on peut utiliser un hameçon texan classique et pincer en tête un plomb chevrotine d’un grammage entre 3 et 28g suivant la profondeur rencontrée. On peut assez facilement changer de grammage à l’aide de la lame d’un couteau pour ouvrir la chevrotine, et il suffit d’une pince plate pour ajuster le plomb. Une astuce bien utile pour continuer sa pêche malgré les accrochages au fond…

Bas de ligne

Le bas de ligne peut différer suivant le poisson visé. Pour les endroits fréquentés par les brochets, il va être nécessaire d’opter pour un bas de ligne acier entre 20 et 40 centimètres (résistance minimale autour de 8kg, prendre du plus solide si pêche dans des eaux à grosses pièces), ou en titane. Afin de relier cette ligne anti-coupe, un émerillon baril est des plus pratiques, l’ajout d’une agrafe sur la pointe terminale permet un changement rapide du leurre. Pour les plans d’eaux riches en sandre (et sans brochets), on peut opter pour un bas de ligne plus fin en fluorocarbone entre 24 et 35 % suivant les postes. Ce bas de ligne de discrétion permet de déjouer la méfiance de ce poisson qui peut être extrêmement tatillon. Pensez à vérifier votre bas de ligne à chaque prise et le refaire si besoin, ce serait dommage de perdre le poisson de sa vie pour une négligence. Pour la traque du silure, on peut terminer son bas de ligne par un gros nylon shockleader ou gros fluorocarbone entre 0,90 et 1,20mm % afin de prévenir de l’abrasion, et éviter les casses. Ce fort diamètre de ligne permet aussi de manipuler l’arrivée d’un gros poisson sans se couper les doigts et éviter la casse dans un obstacle tranchant type moules ou débris métalliques. Ne pas hésiter à prévoir de nombreux bas de ligne (idéalement une dizaine de montages par type de pêche) déjà réalisés et rangés soigneusement, bien utiles en cas de casse.

Opter pour le bon nœud

Afin de relier sa tresse au bas de ligne, il existe 2 solutions : l’une est un émerillon baril (très souvent employé pour joindre sa tresse à la crinelle d’acier ou du titane), l’autre est l’utilisation d’un nœud de chirurgien (faire entre 4 et 6 tours) pour faire son raccord. Bien humecter le fil avec de la salive afin d’éviter l’échauffement du fil et réaliser un nœud bien soigné. Couper les excédents de fil et laisser environ 1mm. Ce nœud permet aussi de réaliser des potences pour des montages à 2 empiles pour la traque des perches.

Articles populaires

Découvrez les box FisherBox

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Comment pêcher avec une tête plombée ?

La tête plombée est un élément indispensable pour tout pêcheur au leurre souple. Cette dernière permet à son leurre souple d’évoluer dans la colonne...

Comment choisir sa tête plombée ?

Le choix d’une tête plombée est souvent négligé par les pêcheurs débutants. Difficile en effet de savoir monter le bon modèle sur son leurre...

Quels leurres choisir pour quels poissons ?

Il existe de nombreux leurres sur le marché de la pêche ; on nous parle de jerkbait, swimbait, cuillers ou encore vibrabait… mais on est vite perdu parmi...

Abonnez-vous à la newsletter

Ne ratez pas l'actualité de l'univers de la pêche et le matériel présenté par FisherBox.

Suivez-nous

Advertisment